jump to navigation

La vie à l’école

image A venir aussi prochainement, des contributions d’instituteurs et de professeurs pour dédramatiser la vie de vos enfants à l’école, un monde tellement lointain qu’on l’aurait presqu’oublié.

THEMES A VENIR :

THEMES DEJA ABORDES :

1/ L’aide individualisée en école primaire

Depuis la rentrée 2008, nos enfants en primaire n’ont plus classe le samedi matin et suivent donc les cours sur une semaine de 4 jours. Le temps scolaire passe ainsi de 26 heures à 24 heures hebdomadaires.

Le temps libéré du samedi matin pour tous les élèves est utilisé pour accompagner de manière plus individuelle les enfants sur certains apprentissages. Les instituteurs et institutrices ont donc proposé d’accueillir les enfants concernés tôt le matin / aux heures du déjeuner / après les cours, pour approfondir certains enseignements.

Si l’enseignant propose cet accompagnement à mon enfant, cela veut-il dire que mon fils/ma fille est un mauvais élève ?

A priori non, mais cela dépend de l’enseignant. Certains ont profité de cette nouvelle organisation pour consacrer un temps d’enseignement individuel à chaque enfant. En effet, tous peuvent avoir "loupé"  un cours,  avoir une lacune à combler… D’autres aident certains élèves – même les meilleurs – en difficulté sur certains sujets (le calcul mental, la conjugaison, la participation en classe, etc..). D’autres encore peuvent être tenté de "rattraper" des élèves en grandes difficultés. Cependant, pour cette dernière catégorie, les RASED (cours après l’école destinés aux élèves rencontrant de grandes difficultés) sont mieux adaptés. Malheureusement, l’Etat a profité de la nouvelle organisation pour baisser les crédits accordés aux RASED.

C’est à vous, parents, de décider si votre enfant profitera de l’aide individualisée. Ce n’est en rien un signal d’alarme, plutôt une chance supplémentaire de progresser et de faire connaissance avec l’instit’ dans les meilleures conditions.

Cela allonge cependant des journées très chargées ; par vocation, ce soutien ne devrait pas se poursuivre au-delà de quelques semaines. Pendant ces semaines, un gâteau sec, une pomme découpée, trouveront utilement leur place dans la cartable pour faire face à la fatigue.

2/ L’orientation : une préoccupation majeure des parents

94%* des parents disent s’en préoccuper dès la maternelle ! C’est dire si la question se pose … alors que finalement, bien malin celui qui saura prédire si tôt le futur métier de nos chères têtes blondes. Et tant mieux d’ailleurs.

Cela dit, pour éviter que la question n’arrive comme une sanction à l’adolescence, en pleine construction de l’adulte qu’il sera, il est intéressant se commencer tôt avec nos enfants et sans pression les investigations en la matière.

Comment ? Nicole Catheline**, pédopsychiatre au centre hospitalier H.-Laborit de Poitiers, nous conseille de commencer dès l’enfance : “Pour que l’orientation ne soit pas vécue comme une sanction, le processus doit commencer dès la petite enfance. Les parents transmettent à leurs enfants une expérience et des valeurs. L’enfant s’appuie sur ce bagage pour se projeter vers l’avenir. Le rôle des parents est d’imaginer un projet pour leur enfant à partir de la connaissance qu’ils ont de lui, de lui en faire part, de susciter la discussion pour que les deux parties confrontent leurs idées, leurs souhaits, leurs rêves et qu’ensemble ils portent le projet.”

Pour autant, la question se posera à un moment donné. A ce stade, pas de meilleur conseil que de se tenir informé des évolutions des parcours scolaires, formations, et nouveaux métiers. Mais le plus important restera d’écouter nos enfants car “surtout ce qui est important, c’est que ni l’école ni les parents n’aient de discours définitif […] les prédictions des enseignants font parfois des ravages” (Nicole Catheline).

Pour cela, il existe les CIO, l’ONISEP, la presse spécialisée, mais aussi des centres sérieux de soutien scolaire et méthodologique qui proposent le concours de professionnels du domaine par ailleurs psychologues, afin de débloquer parfois des situations compliquées. Voir par exemple les Ateliers Optentiel www.lesateliersoptentiel.com. Pour ceux qui habitent dans le Val de Marne, une conférence gratuite est organisée sur ce thème le 10 mars au soir (sur réservation). Attention aux sites internet peu sérieux… Le contact humain reste le meilleur des gages de réussite.

* sondage UNAPEL, la Croix, CSA réalisé en avril 08

** auteur de “Les années collèges. Le grand malentendu”, chez Albin Michel, 2004.

3/ Carte scolaire : ne confondez pas assouplissement et suppression

Votre Junior s’apprête à quitter les bancs du CM2 pour entrer en 6e et comme tous les parents, vous souhaitez le faire entrer dans LE bon collège qui lui donnera accès au BON lycée et au BON bac. L’opinion publique pense que la carte scolaire a été supprimée et qu’il suffit donc de choisir son établissement. Est-ce si sûr ?

La carte scolaire est toujours là !

Lors de l’entrée en 6e, votre Junior sera affecté par l’Académie à l’établissement scolaire « le plus proche de votre domicile ». De fait, comme la géographie scolaire ne forme pas de cercles concentriques, l’Académie affectera votre enfant selon un système complexe appelé « carte scolaire ». Un collège un peu plus éloigné de votre domicile qu’un autre, plus demandé, peut donc vous être attribué.

Une réforme menée en 2007/2008 par Xavier Darcos, ministre de l’Education, a assoupli la carte scolaire sans la supprimer. La règle de proximité vaut donc toujours, les calculs hérités de la carte scolaire aussi. La seule chose à avoir changé est la multiplication des possibilités de dérogation.

Comment déroger à la carte scolaire

Une dérogation peut être demandée à l’Inspection d’Académie pour des raisons médicales, sociales, familiales ou géographiques. Si votre enfant :

Vos chances d’obtenir une dérogation

La loi ne le dit pas clairement mais la liste des dérogations est en fait une liste hiérarchisée. Une famille demandant une dérogation pour des raisons médicales sera mieux entendue qu’une famille mal placée géographiquement.

En effet, l’assouplissement de la carte scolaire se heurte à une réalité incontournable : chaque collège ne peut pas accueillir plus d’élèves qu’il n’y a de classes, et un bon collège ne surchargera pas ses classes non plus. Ajoutez à cela la suppression des postes en cours dans l’Education nationale qui favorise la fermeture de classes.

RESULTAT : de nombreuses demandes de dérogations sont rejetées.

La bretelle de contournement du collège privé

Pas de carte scolaire dans l’enseignement privé, donc pas de problème pour inscrire son enfant en 6e ? Hélas, non. Si effectivement le choix de l’établissement est libre, ces derniers sont débordés de demandes et admettent sur dossier. Un Junior brillant aura donc quelques chances d’y être accepté, surtout si la famille a déjà inscrit des enfants dans le même établissement. Il faut s’y prendre très très tôt, quasiment dès le début d’année de CM2.

Vous n’avez pas obtenu le collège de votre choix et le privé a refusé votre demande d’inscription ?

Respirez, soufflez. Tout d’abord, rencontrez l’équipe pédagogique du collège lors des visites organisées pendant l’année de CM2. Ils sauront répondre à toutes vos questions sur la motivation des équipes enseignantes, sur leur taux de réussite par rapport à l’origine sociale des élèves (certains collèges mal placés ont des taux encourageants). Et n’écoutez pas tous les oiseaux de mauvais augure.

Si la situation est catastrophique, un seul remède : le déménagement, virtuel et réel. Pratiquée depuis toujours à Paris pour inscrire les élèves au mythique Henri IV, la triche est devenue plus difficile dans un Etat qui croise ses fichiers. C’est là que tout l’amour de votre famille et toute l’amitié de vos connaissances aura l’occasion de faire ses preuves en vous cédant ses justificatifs. Là encore, il ne faut pas s’y prendre au mois de juin, mais affûter ses relevés EDF, GDF et baux signés dès le début de l’année.

Pour en savoir plus :

L’assouplissement de la carte scolaire par le ministère de l’Education http://www.education.gouv.fr/cid5509/assouplissement-de-la-carte-scolaire.html

Dans la collection Que sais-je ? : La carte scolaire

http://www.puf.com/wiki/Que_sais-je:La_carte_scolaire

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :