jump to navigation

Dossier spécial orientation : du neuf du côté de la réforme scolaire 27 mars 2009

Posted by IsabelleM in Actu, Ecole.
Tags: ,
add a comment

image Orienter. Orientation. Choisir sa voie. Créer son “projet professionnel”. Autant de mots dont nous avons été abreuvés en 2008 et qui continuent de nourrir les discussions de nos représentants au niveau de l’Etat comme une clé pour soulager le malade –supposé ou réel – qu’est notre système éducatif.

La nouvelle mesure en date : un numéro Azur “orientation.

Reprenons le sujet à la base :

En la matière, le rapport du Haut Conseil à l’Education de 2008 est éloquent. Dans l’ordre, il évoque notamment l’effet pervers de l’orientation : une mécanique d’exclusion. 5 constats :

  • L’orientation au collège et au lycée dépend étroitement du niveau initial des élèves à l’école primaire
  • L’orientation consiste à trier les élèves en fonction de leurs seuls résultats scolaires dans les savoirs abstraits
  • L’origine sociale et les diplômes des parents sont des facteurs déterminants
  • Dans un système très hiérarchisé, l’orientation est faite trop souvent d’exclusions successives
  • Une mauvaise orientation est difficile à rattraper

La situation est en effet urgente :

(suite…)

Carte scolaire : ne confondez pas assouplissement et suppression 22 février 2009

Posted by IsabelleM in Ecole.
Tags: , ,
add a comment

image Votre Junior s’apprête à quitter les bancs du CM2 pour entrer en 6e et comme tous les parents, vous souhaitez le faire entrer dans LE bon collège qui lui donnera accès au BON lycée et au BON bac. L’opinion publique pense que la carte scolaire a été supprimée et qu’il suffit donc de choisir son établissement. Est-ce si sûr ?

La carte scolaire est toujours là !

Lors de l’entrée en 6e, votre Junior sera affecté par l’Académie à l’établissement scolaire « le plus proche de votre domicile ». De fait, comme la géographie scolaire ne forme pas de cercles concentriques, l’Académie affectera votre enfant selon un système complexe appelé « carte scolaire ». Un collège un peu plus éloigné de votre domicile qu’un autre, plus demandé, peut donc vous être attribué.

Une réforme menée en 2007/2008 par Xavier Darcos, ministre de l’Education, a assoupli la carte scolaire sans la supprimer. La règle de proximité vaut donc toujours, les calculs hérités de la carte scolaire aussi. La seule chose à avoir changé est la multiplication des possibilités de dérogation.

Comment déroger à la carte scolaire

Une dérogation peut être demandée à l’Inspection d’Académie pour des raisons médicales, sociales, familiales ou géographiques. Si votre enfant :

  • est handicapé : en clair, si son handicap ne peut être accueilli dans de bonnes conditions dans l’établissement de la carte scolaire.
  • nécessite une prise en charge médicale importante : en clair, s’il doit suivre un traitement dans un hôpital proche d’un collège.
  • est boursier – boursier au mérite ou boursier social : en clair, s’il est brillant et que sa famille est pauvre.
  • a un frère et une sœur scolarisé(e) dans l’établissement souhaité : en clair, vous avez déménagé pour fuir les prix des quartiers chics, il vous reste une chance de vous rattraper.
  • habite une adresse en « limite de zone de desserte » : en clair, si l’établissement affecté se trouve beaucoup plus loin que le collège en face de chez vous.
  • ou éventuellement si vous avez de la chance parce que vous recherchez une option “rare” (parfois cela fonctionne avec l’allemand)image

Vos chances d’obtenir une dérogation

La loi ne le dit pas clairement mais la liste des dérogations est en fait une liste hiérarchisée. Une famille demandant une dérogation pour des raisons médicales sera mieux entendue qu’une famille mal placée géographiquement.

En effet, l’assouplissement de la carte scolaire se heurte à une réalité incontournable : chaque collège ne peut pas accueillir plus d’élèves qu’il n’y a de classes, et un bon collège ne surchargera pas ses classes non plus. Ajoutez à cela la suppression des postes en cours dans l’Education nationale qui favorise la fermeture de classes.

RESULTAT : de nombreuses demandes de dérogations sont rejetées.

La bretelle de contournement du collège privé

Pas de carte scolaire dans l’enseignement privé, donc pas de problème pour inscrire son enfant en 6e ? Hélas, non. Si effectivement le choix de l’établissement est libre, ces derniers sont débordés de demandes et admettent sur dossier. Un Junior brillant aura donc quelques chances d’y être accepté, surtout si la famille a déjà inscrit des enfants dans le même établissement. Il faut s’y prendre très très tôt, quasiment dès le début d’année de CM2.

Vous n’avez pas obtenu le collège de votre choix et le privé a refusé votre demande d’inscription ?

Respirez, soufflez. Tout d’abord, rencontrez l’équipe pédagogique du collège lors des visites organisées pendant l’année de CM2. Ils sauront répondre à toutes vos questions sur la motivation des équipes enseignantes, sur leur taux de réussite par rapport à l’origine sociale des élèves (certains collèges mal placés ont des taux encourageants). Et n’écoutez pas tous les oiseaux de mauvais augure.

Si la situation est catastrophique, un seul remède : le déménagement, virtuel et réel. Pratiquée depuis toujours à Paris pour inscrire les élèves au mythique Henri IV, la triche est devenue plus difficile dans un Etat qui croise ses fichiers. C’est là que tout l’amour de votre famille et toute l’amitié de vos connaissances aura l’occasion de faire ses preuves en vous cédant ses justificatifs. Là encore, il ne faut pas s’y prendre au mois de juin, mais affûter ses relevés EDF, GDF et baux signés dès le début de l’année.

Pour en savoir plus :

L’assouplissement de la carte scolaire par le ministère de l’Education http://www.education.gouv.fr/cid5509/assouplissement-de-la-carte-scolaire.html

Dans la collection Que sais-je ? : La carte scolaire

http://www.puf.com/wiki/Que_sais-je:La_carte_scolaire

L’orientation : une préoccupation majeure des parents 13 février 2009

Posted by IsabelleM in Ecole.
Tags: ,
add a comment

94%* des parents disent s’en préoccuper dès la maternelle ! C’est dire si la question se pose … alors que finalement, bien malin celui qui saura prédire si tôt le futur métier de nos chères têtes blondes. Et tant mieux d’ailleurs.

image Cela dit, pour éviter que la question n’arrive comme une sanction à l’adolescence, en pleine construction de l’adulte qu’il sera, il est intéressant se commencer tôt avec nos enfants et sans pression les investigations en la matière.

Comment ? Nicole Catheline**, pédopsychiatre au centre hospitalier H.-Laborit de Poitiers, nous conseille de commencer dès l’enfance : “pour que l’orientation ne soit pas vécue comme une sanction, le processus doit commencer dès la petite enfance. Les parents transmettent à leurs enfants un expérience et des valeurs. L’enfant s’appuie sur ce bagage pour se projeter vers l’avenir. Le rôle des parents est d’imaginer un projet pour leur enfant à partir de la connaissance qu’ils ont de lui, de lui en faire part, de susciter la discussion pour que les deux parties confrontent leurs idées, leurs souhaits, leurs rêves et qu’ensemble ils portent le projet.”

(suite…)